{gallery /}

Église Saint-François-Xavier

 

saint francois xavier paris eglise

L'église fut édifiée en 1877, et consacrée en 1894. Les travaux furent retardés par la guerre de 1870. Elle a la particularité d'avoir une paroisse créée clandestinement sous la Révolution Française pour éviter la guillotine sous la 1er et Seconde République Française. 

 

Historique
source : source sur place, documentation diverses, wikipedia en partie



Née clandestinement durant la Révolution Française au Séminaire des Missions Étrangères, la paroisse fut reconnue en 1802 et placée en 1842 sous le patronage de Saint-François-Xavier, patron des missions. La paroisse ne pouvant plus accueillir les nombreux fidèles et les séminaristes, avant la construction de l'église, son lieu de culte était l'actuelle chapelle des Missions étrangères de Paris située 128, rue du Bac, il fut décidé de construire une église plus grande et de déplacer la paroisse.

Dès 1861 les travaux commencent, sous l’impulsion de l’Abbée Roquette et du Conseil de Fabrique et financée par la Ville de Paris. Elle fut intégrée dans les travaux du préfet Haussmann sous Napoléon III.
C’est l’architecte Louis-Adrien Lusson qui fut chargé de la construction, mais à sa mort c’est Toussaint François-Joseph Uchard qui en termina les travaux.

1874, ouverture du lieu du culte le 16 juillet, qui initialement aurait dû ouvrir avant mais la guerre de 1870 retarda le projet. L’église n’était pas encore terminée.

1877, la nef, le transept et le chœur sont achevés.

1894, le 23 mai, l’église est consacrée.

 

 

Coupole

La coupole est traitée dans un style Néo-Byzantin, est ornée de peintures réalisées par Charles Lameire représentant les douze Apôtres vêtus de blanc sur fond d’or autour de l’Agneau. Lameire ( 132 – 1910 ) peignit d’imposants décors religieux et civils dont Notre-Dame de Fourvière à Lyon, l’église de la Madelein, le Trocadéro et l’Hôtel de Ville de Paris.

En médaillon apparaissent les quatre prophètes, Isaïe ( debout ), Jérémie ( penché ), Ezéchiel ( l’index sur le front ) et Daniel ( appuyé sur un lion ), peints Delaunay. Jules Delaunay reçu le Prix de Rome, il décora les salles du Conseil d’Etat de Paris, la Visitation de Sainte Marie à Nantes, réalisa les fresques de Sainte Geneviève au Panthéon ainsi que celle du Parnasse à l’Opéra de Paris.

Le tympan de l’arcade, les pendentifs de part et d’autre représentant Moïse ( tenant les Tables de la Loi ) et Aaron ( en costume de prêtre des anciens Juifs ) ainsi que le Livre des Evangiles tenu par deux anges au sommet sont l’œuvre de Romain Cazes.
Au-dessus du tyman sont inscrites les trois Vertus théologales : la Foi, l’Espérance et la Charité.

Sur les colonnes engagées décorant l’arc du sanctuaire, un ange aux raisins et un ange aux épis de blé, symboles de l’Eucharistie, sont sculptés par Falguière.

L'église est le lieu de culte de la paroisse « Saint-François-Xavier-des-Missions-Étrangères » depuis 1842.

 

La chapelle axiale est dédiée au culte marial. Elle est organisée autour d’une composition statuaire centrale d’inspiration baroque, faisant apparaître la Vierge à l’Enfant nimbée de nuages et auréolée de rayons. Elle est l’œuvre du sculpteur Jean-Marie Bonnassieux, qui fut pensionnaire à la Villa Médicis et Grand Prix de Rome.

Son œuvre la plus connue est Notre-Dame de France sur le Rocher Corneille au Puy-en-Velay.

Il est notamment l’auteur d’une « méditation » visible au Musée du Louvre et de la statue funéraire de Mgr Darboy à Notre-Dame de Paris. Surplombant la composition, la demi-coupole est ornée de trois médaillons en grisaille représentant l’Annonciation, l’Assomption et la Visitation.
Ils sont l’œuvre de Charles-Joseph Lameire qui fut un élève du décorateur Alexandre Denuelle.

 

Photographies

{gallery captions:alwaysOnTop=1}abbayes-eglises/idf/75/saint-francois-xavier/{/gallery}