{gallery /}

Kasbah des Oudayas

 

 kasbah oudayas enceintes rabat cimetieres

 

Qasaba des Ûdâya (Oudayas), Kasba Des Oudaïas, Rabat-Sale, Morocco.


La Kasbah des Oudayas fut édifiée au XIIe siècle, ap. J.-C. probablement sur une ancienne fortification d’origine Romaine et/ou Phénicienne, le Ksar des Benitargas. Son nom « Oudayas » provient d’une tribu réfugiée dans la Kasbah en 1844.


Elle fut le repère, à partir principalement au début du XVIIe, des Corsaires et Pirates de Salé, connues pour l’esclavage des européens, des Razzias en Europe et autres prises de prisonniers avec demande de rançon. Certains historiens estiment que jusqu’à 1 million d’Européens, principalement en France, Espagne et Italie, seront réduit à l’esclavage dans les pays musulmans du nord de l’Afrique.

C’est en partie cette insécurité permanente des échanges commerciaux, ainsi que de l’esclavage, en Méditerranée, voir jusqu’en Islande pour les Razzias les plus lointaines, qui imposa aux pays Européens, principalement la France, à y mettre un terme. Cela se traduisit par une guerre qui conduira plus tard à la colonisation du Maghreb, initialement la Tunisie et l’Algérie (alors simple province sous domination Ottomane, puisque l’Algérie actuelle est une pure création Française en ce qui concerne les frontières), puis la mise sous protectorat du Maroc après un conflit larvé depuis 1844.

Aujourd’hui la Kasbah des Oudayas est devenu un pôle important du tourisme à Rabat, avec des expositions artistiques. Depuis 2016 et surtout en 2017, d’importantes restaurations de l’ensemble des fortifications des Oudayas et du patrimoine en général à Rabat ont été entrepris.

 

Historique
source : source sur place, documentation diverses,

 

 

Présence Romaine et Phénicienne

 

port de rabat sale qasbah

Sur la gauche la Qasbah des Oudayas, en face la ville de Salé avec des constructions modernes et au centre le port. On comprend assez bien l'intérêt stratégique des fortifications.

 

Cette présence Romaine et Phénicienne au Maroc est attestée par des recherches archéologiques à Lixus,  actuellement dans la périphérie de la  ville de Larache située entre Tanger et Rabat. Lixus aurait été fondée à la fin du XIIe siècle av. J.-C., bien avant Carthage et Cadix.

On peut penser que la proximité de cette ville avec Rabat ,anciennement Salé, ancienne ville antique Romaine de Sala ( Salé  ), permet de suggérer que les premières édifications Romaines datent de cette époque et qu’elles se sont intensifiées après la création de Carthage en ~800 avant av. J.-C. (actuelle banlieue de Tunis). En effet cette partie du Maroc, bande du bord de la mer de Tanger à Agadir, était alliée à la puissante Carthage.

On en sait cependant assez peu de cette époque Romaine et Phénicienne, probablement par la destruction des édifications lors des trois guerres Puniques et du peu d’écrit sur le sujet. On retrouve notamment quelques restes de bâtiments de type Romain à Chellah.

 

Construction de la Kasbah

 

 

~ 1140 ap. J.-C, Selon d’anciens récits c’est l’émir almoravide Tâshufîn ibn ‘Alî qui fit construire un ribat militaire et religieux dont le nom aurait été Ksar Bni Targa. Plusieurs fouilles sur la partie de Bâb al-Kabîr ont fait mettre à jour des ruines qui pourraient être des restes de l’ancienne forteresse. Néanmoins cela reste très incertain.

~ 1150 ap. J.-C, Début probable de la construction de la Qasaba des Ûdâya. Elle est une des premières constructions attestées Arabo-Musulmane de la ville de Salé.  Origine du nom de la ville de Rabat : cette Kasbah et ses fortifications prennent le nom de Ribat qui veut dire « Forteresse » ensuite cette partie de la ville de Salé prend le nom de Ribat Al Fath qui devient plus tard  « Rabat ». Salé est donc virtuellement coupée en deux puis deviennent deux villes distincts.

XVIIe siècle, après la Reconquista en Espagne, jusqu’à 1 millions de Musulmans sont contraints de partir. Deux milles d’entre eux, appelés à l’époque de « Hornachos » du nom d’une petite bourgade d’Espagne, rejoignent la Kasbah des Oudayas. Ils transformeront la Kasbah avec notamment un style Andalou. Une partie d’entre eux choisiront la voie de la Piraterie et iront jusqu’en Islande.

1627, ils deviennent indépendants et fondent une petite république à vocation maritime. Afin de se protéger, ils creuseront un vaste système de tunnel qui existent encore en partie aujourd’hui, mais non ouvert à la visite.

1668 (ou 1666), le Sultan Mawlây Rashîd reprend la cité. Moulay Rachid ben Chérif fut Sultan du Maroc de 1667 à 1672. Il est connu pour être l’ancêtre des Alaouites du Maroc dont le roi actuel est issu.

Moulay Rachid (en arabe : مولاي الرشيد), né en 1631 à Tafilalet et décédé en 1672 à Fès, fut sultan du Maroc de 1666 à 1672. Fils de Mohammed Ier. Frère de Mohammed II et de Moulay Ismail il est maître du Rif et s'empare de Fès, il se proclame sultan en 1666. Il met deux ans pour mater les rebelles de Marrakech qui contestent son autorité, et pénètre dans la ville en 1669. Jusqu'à sa mort en avril 1672, Moulay Rachid se partage entre Marrakech et Fès et reconstruit un pouvoir central.

1694, la situation globale étant relativement stable, Moulay Ismaël fait construire un palais d’été. C’est dans ce bâtiment que ce trouve l’actuel musée des Bijoux.

enceinte morisque Borj Sidi Makhlouf tour angle fer a cheval XVIIe

Système défensif réalisé au XVIIe siècle par Moulay Rachid, avec tour d'angle en fer à cheval et ouverture pour les canons de l'époque.

 

1757 et 1789, Sidi Muhammad ibn ‘Abdâllah restaure le système défensif de la Kasbah et renforce le port afin de protéger Rabat et son commerce d’esclave notamment souvent empêché par les marines de la Marine Royale de France et d’autres pays Européens.

1844, après avoir fui le Sultan, les Oudayas, descendants d’une tribu arabe originaire du Sahara, les Maaqiliens, se réfugies dans la Kasbah. La Kasbah prendra plus tard leur nom. Au service du Sultan, ils seront très actifs dans la défense de la ville contre les guerriers de la tribu des Zaërs.

XIXe siècle, nouvelle enceinte extérieure qui s’étend sur plus de 4km.

1912, Moulay Hafid, descendant de Moulay Rachid, signe le traité de Protectorat avec la France  le 30 mars. Lyautey fait de Rabat le siège du résident général et la capitale du protectorat français au Maroc.

1957, Rabat devient la capitale administrative du Maroc après la fin du protectorat français.

L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a inscrit Rabat sur la liste du Patrimoine mondial, lors de sa réunion tenue à Saint-Pétersbourg (Russie), une décision prise à l’unanimité par les membres du Comité de l’UNESCO. La Qasbah de Rabat est inclus dans la nouvelle du Patrimoine Mondial.

20162017, vaste programme de restauration de l’enceinte de Rabat et de la Kasbah.

 

Photographies

{gallery captions:alwaysOnTop=1}world/morocco/rabat-sale/qasbah/{/gallery}