La lettre de Boulainvilliers

[ MAJ : 28/11/2012 ]

La lettre de Perceval de Boulainvilliers, écrite le 21 juin 1429, a fait couler beaucoup d'encre notamment sur son authenticité , les raisons de son élaboration et surtout la date étrange et les événements survenus lors de la naissance de Jeanne.

Le gros point noir au début de cette lettre n'est pas vraiment l'auteur et la date d'écriture, mais plutôt à qui elle était destinée. En effet Jean Marie Visconti est mort depuis fort longtemps en mai 1412. Je ne vais pas m'étendre sur le personnage et la famille Visconti, famille connue pour des activités douteuses et cruelles. Par contre on peut remarquer que la date de décès coïncide par le plus curieux des hasards avec celle de l'année supposée de la naissance de Jeanne.

Bien évidemment on pourrait se dire qu'au vu des moyens de communication de l'époque, Perceval de Boulainvilliers pourrait ne pas être au courant. C'est fortement impossible puisque le 17 février 1424 Charles signe un traité avec le successeur de Jean Marie Visconti qui est Philippe Marie Visconti son frère, soit seulement 5 ans avant la lettre. Dans son tome V, Quicherat donne une explication simple, le Jh aurait été confondu avec Ph, il s'agirait alors bien de Philippe Marie de Visconti, n'ayant pas pour l'instant pu voir le document original en question, je ne peux pas me prononcer,

Mais il est vraiment improbable qu'il s'agisse d'une erreur, car Philippe Marie et Jean Marie Visconti sont les oncles de Charles VII et du frère emprisonné à Londres, comment peut-on imaginer qu'ils n'en connaissent donc pas le prénom ? Un simple problème donc de transcription du latin en français en est donc peut être l'origine.

On sait encore moins qui est le commanditaire de la lettre, Boulainvilliers ? le Roi ? une personne proche du Roi ? ça reste un mystère.

Je fais abstraction du début de la lettre qui est une succession de formules de politesse pour le Duc de Milan, pour passer directement au sujet de la naissance de Jeanne  :

« Elle est née dans un petit village appelé Domremy, au bailliage de Bassigny, en deçà et sur les confins du royaume de France, sur le fleuve de Meuse, non loin de la Lorraine. Elle est issue, on le sait, de parents justes et simples. C'est dans la nuit des Epiphanies, durant laquelle les gens ont coutume de commémorer avec plus de joie les actes du Christ, qu'elle entre dans la lumière de cette vie mortelle, et, chose merveilleuse, tous les paysans de l'endroit sont saisis d'une joie inconcevable.

Ignorant la naissance de la jeune fille, ils courent çà et là, demandant ce qui est arrivé de nouveau. Une joie nouvelle s'était fait sentir dans le cœur de quelques-uns. Que dirai-je de plus ? Les coqs, comme se faisant les hérauts de cette joie nouvelle, éclatent en chants inusités, inouïs. Battant leurs corps de leurs ailes, pendant presque deux heures, ils semblent présager l'événement d'une chose nouvelle »

On est là face à un texte assez étrange, qui ressemble plus il faut le dire à une campagne politique tendant à démontrer le merveilleux de la naissance de Jeanne... malgré comme il le dit « Ignorant la naissance de la jeune fille » les habitants du village sont pris d'une folle joie ... C'est d'autant plus étrange que ce n'est pas corroboré par aucun témoignage dans les procès. Un autre point contestable et qui permet d'affirmer dans un sens que Boulainvilliers ne connaît pas la date de naissance de Jeanne, c'est qu'à aucun moment il ne parle de son année de naissance et de son âge précis.

Cependant un point essentiel sur l'âge de Jeanne d'Arc est écrit pas Boulainvilliers, ce que d'ailleurs les adeptes du complot relèvent jamais...

" Quand elle eut accompli ses douze ans,elle eut sa première révélation"

puis quelques lignes plus tard :

"De semblables apparitions se sont produits à plusieurs reprises et se renouvellent, soit de jour, soit de nuit. La jeune fille garde le silence ; elle ne découvre ses pensées à personne, sinon à son curé seulement, et elle reste dans ces perplexités durant un laps de temps d'environ cinq ans."

 

En faisant une addition simple : 12 + 5 ans, on arrive à l'âge de 17 ans, indirectement donc Boulainvilliers donne cet âge. Ce simple calcul, à priori à la portée de tous, aurait du mettre la puce à l'oreille des complotistes...mais soit ils ne savent pas calculer, soit ils ommettent volontairement de le dire. Si on prends la thèse des complotistes, vu qu'elle aurait selon eux environ 23 ans lors de son arrivée à Chinon, il faudrait donc rajouter donc 5 ans aux évènements ce qui entre en contradiction avec  un grand nombre de situation.

On remarque aussi que pour Boulainvilliers , Domremy est bien en territoire français : "Elle est née dans un petit village appelé Domremy, au bailliage de Bassigny, en deçà et sur les confins du royaume de France, sur le fleuve de Meuse, non loin de la Lorraine."

Un certain journaliste qui se veut sérieux dans son enquête, explique que ce tintamarre pourrait venir en fait de la venue de Paris d'un convoi en donnant un bébé à Jacques d'Arc et Isabelle Rommée. On peut évidemment se poser la question, mais rien dans le texte ne permet de l'affirmer, Perceval de Boulainvilliers à aucun moment ne fait ce type de référence ou allusion, il s'agit purement d'une invention fantaisiste du journaliste. De plus comment motiver une visite royale en plein hiver, à plus de 400 km avec plus de 10 jours de route sans aucune trace nulle part ? en plus dans un territoire proche des ennemis du Duc d'Orléans qui alors était décédé.

Dans une lettre d'exemtion d'impôts, donné à Château-Thierry le 31 juillet 1429, des villages de Greux et Domremy, Charles VII estime en tout cas qu'elle est native de Domremy et personne ne met en doute sa naissance ou sa filiation :

"Charles, par la grâce de Dieu, roi de France. Au bailly de Chaumont, aux élus et commissaires commis et àc ommettre à mettre sus et imposer les aides, tailles, subsides etsubventions audit bailliaige, et à tous nos autres justiciers et officiers, ou à leur lieutenants, Salut et dilection. Savoir vous faisons que, en faveur et à la requeste de nostre bien aimée Jehanne la Pucelle, et pour les grands, haults, notables et profitables services qu'elle nous a faits et fait chaque jour aurecouvrement de notre seigneurie,

Nous avons octroyé et octroyons la grâce spéciale, par ces présentes, aux manants et habitants des villes et villages de Greux et Domrémy, au dit bailliaige de Chaumont-en-Bassigny, dont la dicte Jehanne est native, qu'ils soient dorénavant francs, quittes et exemps de toutes tailles, aides, subsides et subventions mises et à mettre au dict bailliaige."

On ne peut éviter d'en rire un peu, comment un journaliste qui se veut exhaustif, réaliste et objectif, peut-il dans son livre avec un ton très sérieux sortir ce genre d'histoire à dormir debout, comme si la lettre de Boulainvilliers ne manquait pas déjà en elle-même d'étrangeté.

En réalité le journaliste, en parfait commercial pour bien vendre son livre, omet totalement d'expliquer la situation religieuse à cette époque. Le texte fait clairement référence s'il en est à la naissance de Jésus et à la magie des événements.

Dans le livre de Contamine ( L10 ) , l'un des grands spécialistes de Jeanne , celui-ci estime que Perceval de Boulainvilliers aurait pris ses informations sur les rumeurs et histoires sur Jeanne au moment où il écrit cette lettre, en n'inventant rien . Si lui n'invente rien, on peut donc légitimement se poser la question sur ceux qui colportent ces faits.

Une autre phrase est intéressante :

« Elle est issue, on le sait, de parents justes et simples » le « on le sait » démontre par ces trois mots qu'il a une certitude sur ces origines parentales, probablement lié au procès de Poitiers et peut être une enquête à Domremy même. Il y a une tentative sur ce point d'imposer un état de fait irréfutable, cette certitude dans sa lettre n'est pas la seule.

On peut être évidemment aussi surpris de la précision «  deux heures », comme si il avait été témoins des faits où qu'il aurait reçu un témoignage d'une personne proche ? Ses frères ? peu probable, ils étaient sûrement trop jeunes pour s'en souvenir. Les parents ? Jusqu'à juin, il ne semble pas qu'Isabelle, la mère de Jeanne, ni le père Jacques se soient déplacés à Chinon. Du procès de Poitiers ? ou des interrogatoires de Chinon, pourquoi pas, mais même le Pape Pie II n'en a pas connaissance, ne serait-ce pas pourtant une date importante dans la religion chrétienne et une preuve de plus que Jeanne est la messagère de Dieu ?

Alors vraiment on peut honnêtement que rester perplexe, d'où tient-il cette information ? De simples rumeurs comme il était coutume à l'époque ?

Quant à la date de naissance de Jeanne du 5 ou 6 janvier, on ne peut qu'évidemment se poser des questions, d'autant qu'elle coïncide comme par enchantement à la date des Rois. Pour ma part si Jeanne était née ce jour-là, un jour important dans l'année des chrétiens, il est fort probable qu'elle en aurait fait mention un jour ou l'autre notamment à son procès, ce qui n'est pas le cas, puisque malheureusement elle ne peut même pas indiquer avec certitude son âge à un an près. Mon avis est que si elle était née le jour d'une fête religieuse importante, vu sa croyance ainsi que celle de sa mère, elle en aurait parlé au procès ou un autre moment,  surtout si selon Boulainvilliers il s'agit d'une fête dont «  les gens ont coutume de commémorer avec plus de joie les actes du Christ ».

Vu l'imprécision de l'âge de Jeanne notamment par elle-même, vu que le Pape Pie II n'en fait aucunement référence et qu'aucun « historien » contemporain de l'époque n'en parle à aucun moment, la date fournie par Perceval de Boulainvilliers, le ton utilisé et la manière dont le sujet est amené, est sûrement inventée ou créée à partir de sources non fiables ( rumeurs ) pour conduire le lecteur de la lettre à imaginer l'incroyable bénédiction de la naissance de Jeanne.

Ne l'oublions pas, elle est venue libérer la France et doit sacrer Charles comme roi de France, il faut donc crédibiliser le rôle de Jeanne et la rendre plus pure qu'elle ne l'est encore.