{gallery /}

Église ou Oratoire carolingien de Germigny-des-Prés
 

 

L'oratoire carolingien, ou église de Germigny-des-Prés, du début du IXe siècle, est une des églises les plus anciennes de France. Elle a la particularité unique d'avoir une superbe mozaique carolingienne de type byzantine du IXe siècle qui a survécue  aux affres du temps. Elle est sur le chemin menant à l'Abbaye de Fleury de Saint Benoit sur Loire et proche du château de Sully-sur-Loire et du château de Chateauneuf-sur-Loire en particuliers.

 


Informations
  •  Adresse :  6 route de Saint-Martin 45110 Germigny-des-Prés
  •  Téléphone :  Office de tourisme : 02 38 58 27 97
  •  Heures d'ouvertures & Visites   : entrée gratuite toute l’année  - juin à septembre : 9h à 19h00 et d'octobre à mai : 9h à 17h00, possibilité de visites guidées ( payantes ) voir ici.
    L'office de tourisme est situé juste à côté de l'église et il est facile de s'y garer.
Historique
  source : source sur place, pancarte historique dans l'église avec quelques rajouts et précisions, doc de l'office de tourisme.

 

À cet emplacement fut bâtie en 806 la villa de Théodulfe, évêque d’Orléans, abbé de Saint-Benoît et conseiller intime de l’empereur Charlemagne, dont il ne subsiste aujourd’hui que l’oratoire qui a été consacrée le 3 janvier 806 sous le vocable de Sainte Geneviève et Saint Germain.  C'était donc initialement une chapelle privée.

Théodulfe, Wisigoth par sa naissance, fut l’un des meilleurs esprits de son temps. D’une grande instruction, poète et amateur d’art, il s’intéressait à toutes les branches du savoir de son époque. C’est sans doute ce qui lui a valut d’être un des éminents missi-dominici de l’Empereur, avant de tomber en disgrâce et de mourir dans une prison d’Angers en 820.

843, elle est le siège d'un concile mais elle est incendiée avant 854. Érigée en prieuré en 1067, puis en paroisse au XIIIe siècle. Une nef est construite au XVe siècle et XVIe siècle après la destruction de l'abside occidentale. Cette nef est rallongée au XIXe siècle pour accueuillir plus de croyants.

Cet édifice de plan et à quatre feuilles est ramassé autour d’une tour lanterne. Sa conception s’apparente à celle de monuments mozarabes que l’on retrouve en Languedoc et en Espagne.

La mosaïque de l’abside est redécouverte par hasard vers 1820, lorsque le curé de la paroisse s’aperçoit  que des enfants jouent avec des cubes de verres colorés, trouvés dans l’église. Commence alors une campagne de restauration de la mosaïque.



L'église a été classée « monument historique » en 1840 mais au cours des campagnes de restauration à partir de 1867 siècle, initiées par Prosper Mérimée, deux absidioles furent détruites.

À l’intérieur de cet oratoire, dans l’abside orientale se trouve une voûte, ornée d’une mosaïque unique en France, en cul de four, datant du IXe siècle. Plus de 130 000 cubes de verre cassé composent cet ensemble représentant l’Arche d’Alliance. Apparentée à l’école de Ravennes, cette mosaïque est l’oeuvre d’un artiste byzantin. Au cours du temps elle fut recouverte de badigeons sous la Révolution Française principalement. Ainsi « protégée », ce n’au XIXe siècle qu’elle fut retrouvée et restaurée.

Au bas de la mosaïque se trouve une inscription en latin, attribuée à Théodulphe : «  vois ici et contemple le Saint-Oracle et ses chérubins, ici resplendit l’Arche de Testament Divin. Devant ce spectacle, efforce-toi de toucher par tes prières de Maître du Tonnerre et ne manque pas, je t’en prie, d’associer Théodulphe à tes voeux ».

D’autres œuvres d’art sont à signaler, telle cette sculpture en bois du XVIe siècle, sans oublier le reliquaire en émail champlevé du XIIIe siècle.

Dans l’enclos précédant l’église se dressent une cuve octogonale du XIe siècle ainsi que le couronnement d’une lanterne des morts, du XVIe siècle.



 

Photographies
 

{gallery captions:alwaysOnTop=1}abbayes-eglises/region-centre/germiny-des-pres-oratoire{/gallery}